L’agriculture intensive écoresponsable?

Publié par Daniel Omam le

L’agriculture intensive a toujours été synonyme d’une agriculture à l’échelle industrielle, avec une forte mécanisation, le tout avec des rendements excessifs qui parfois dans une grande majorité devenaient des pertes ou avaries.
Est-il donc possible d’avoir une agriculture à grande échelle, le tout dans le respect des principes écologiques? Qui serait à l’abri de pertes agricoles importantes? Ou l’utilisation d’engrais bio serait une option viable?

agriculture intensive mécanisation

De manière courante, l’agriculture intensive se défini comme un système de production agricole qui se caractérise par l’usage important d’intrants. Celle ci a pour but de maximiser la production par rapport aux facteurs de production (main d’œuvre, sol, matériel, intrants divers). Mode de production excessif, il fragilise l’écosystème dans sa globalité. Cette mise en péril est notamment liée à l’utilisation abusive des engrais.

l’agriculture intensive: avantages

Elle a des avantages certains, donc les principaux sont ici: une forte productivité, elle engage de faibles coûts, elle garantit l’approvisionnement de l’ensemble de la population, elle permet de crée des emplois de manière permanente…

Inconvénients

Nous pouvons citer ici: des dépenses énergétiques élevées, elle participe à l’épuisement des ressources naturelles, elle influe sur la santé des consommateurs, elle met en péril l’environnement et la diversité, elle génère des pertes agricoles importantes…

Est-ce possible pour l’agriculture intensive d’être durable? La réponse est oui. Le terme par ailleurs utilisé pour qualifier cette nouvelle forme d’agriculture est: agriculture écologiquement intensive. L’agriculture écologiquement intensive, conjugue à la fois les éléments de la production de masse, le tout en intégrant aussi les principes liés à l’agriculture biologique. Il est donc possible avec de la volonté et le concours de tous, de pouvoir produire plus pour satisfaire une population grandissante, le tout en le dans le de l’environnement.