After Talk | Challenges et opportunités dans le Café.

Publié par Daniel Omam le

Jangolo Talk, est votre espace conversationnel autour de l’Agrobusiness… Il promeut l’entrepreneuriat au travers du partage d’expériences, de connaissances, de succès, mais aussi d’échecs.

Votre rendez-vous du samedi, qui mets à l’honneur l’expérience, plus précisément le partage d’expérience était au rendez-vous. Cette nouvelle édition, dont les échanges autour d’une thématique pertinente a tenu toutes ses promesses et plus encore. Comme intervenant dans cet échange, l’un des acteurs majeurs du domaine agricole en général, et de la filière café notamment.

Pour ce samedi, Café: challenges et opportunités, était le thème pour cette édition du Talk, il a permis de mettre en lumière les manquements, mais aussi les perspectives futures brillantes de cette précieuse spéculative, qui n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Célèbre de part le breuvage qu’elle produit, le café qui est issu du caféier, est une plante qui s’épanouit principalement dans les régions tropicales. Des continents tels: l’Afrique, l’Amérique du sud et l’Asie, sont des localités qui concentrent le plus fort taux de production de café dans le monde.

Le Cameroun qui dans les années 90 était le premier producteur de cette fève en Afrique a très vite céder sa place, à d’autres qui eux, ont sus s’adapter aux contraintes du marché international.

Les chiffres donnés, notamment sur la campagne 2018/2019: avec 35 215 tonnes de café produit, soit une augmentation de plus de 39,1%; deux variétés produites avec respectivement pour chacune 7 418 tonnes pour l’arabica et 27 797 tonnes pour le robusta… A ces chiffres s’ajoutent 104, qui représente ici l’ensemble des usines de transformation dédiées à la filière café dans tous le territoire national. Ces données fournissent des informations importantes. Elles renseignent non seulement sur la production de café au Cameroun, mais aussi sur les différentes variétés cultivées. Elles permettent aussi d’entrevoir l’engagement pris par les parties publique et privée.

Il est une affaire de tous, notamment celle des consommateurs. C’est en effet ces derniers qui sont le baromètre du niveau d’appréciation du café produit et vendu localement. Le consommateur a une part importante dans cette chaîne. Il permet de valider de manière directe ou indirecte ce qui est fait sur son territoire. De part la mauvaise réputation qu’a le café, peu de personne en consomme de manière assidue.

Il est bénéfique pour les acteurs de la filière d’éduquer le plus grand nombre sur les vertus du café. Parler certes de ces inconvénients, mais pas que… Pouvoir aussi mettre en avant les nombreux bienfaits dont il regorge, et permettre de redéfinir l’image, la perception et l’interprétation erronée sur le café. Cette éducation, peut en parallèle encourager à la découverte des différentes saveurs café, et aussi augmenter la consommation interne du Café. Comme l’a déclare Stéphane DJIKE, promoteur de la marque café KOM et de l’entreprise SKOMICS: “… la consommation interne de café devrait être de l’ordre de 40%”

Cette vaste compagne de promotion et de sensibilisation doit se faire auprès du consommateur. D’autres mesures significatives doivent être mise en place pour promouvoir cette spéculative. Il s’agit ici d’inculquer, et mettre en avant les “cafés de spécialité“. C’est quoi un café de spécialité? C’est tout simplement, un café qui présente des saveurs ou propriétés particulières, car cultivé différemment ou dans une zone géographique particulière. Les zones géographiques dont il est question ici, sont le plus souvent des zones de hautes altitudes.

Le Cameroun a des cafés de spécialités. Des cafés peu mis en avant, inconnus du grand public. Ils sont donc, ici, inexistants. C’est donc une erreur qui doit d’être rectifié… Bien que les variétés arabica et robusta soient prisés, les cafés de spécialités méritent eux aussi d’être connus…

Il est question ici de mettre en avant toutes les variétés, mais aussi de faire évoluer la filière. Cela passe d’abord par la perception collective. Cette dernière limite cette matière à la boisson qu’elle produit. En effet, le café et ses dérivés s’utilisent dans de nombreux domaines. Il constitue ainsi des opportunités illimités d’affaires, donc de gains. Les processus tels la distribution, ou encore la logistique sont à améliorer…

Apporter des réponses ou des idées de solutions à toutes ces contraintes constitue une avancée considérable.

Prenez rendez-vous et rejoignez nous lors du prochain live, qui est simultané sur notre page facebook et sur notre chaîne youtube.