×

Une nouvelle vision de l’agriculture

Une nouvelle vision de l’agriculture

Le Cameroun en tant qu’Afrique en miniature dispose de nombreuses ressources tant sur le plan culturel que agricole. Le volet agricole est celui qui retiendra notre attention dans cet article, le but étant de situer l’agriculture camerounaise dans son contexte et de présenter des pistes de solutions.

Agricultura-conservacion Une nouvelle vision de l'agriculture

1- Présentation

L’agriculture est un secteur clé de l’économie camerounaise qui lui assure son autosuffisance alimentaire et des devises. En fait, elle contribue pour 22,9% au PIB et représente en 2013 environ 23 % des exportations totales du pays. Aussi, le secteur agricole est le premier employeur avec 62% de la population active.

Les nuances climatiques (climat équatorial, tropical humide et tropical sec) et pédologiques que l’on rencontre du nord au sud du pays engendrent un potentiel agricole riche et très diversifié. La gamme des produits cultivés s’étend des cultures vivrières (mil, sorgho, manioc, ignames) aux cultures d’exportation (banane, ananas, café, cacao, huile de palme, coton). Quelques cultures non traditionnelles sont apparues plus récemment (pomme de terre, oignon, haricot).

2- Les problèmes de l’agriculture au Cameroun

photo_cep_oignon Une nouvelle vision de l'agriculture

L’agriculture au Cameroun peine à se développer à cause du caractère rudimentaire des techniques agricoles. En effet, les outils utilisés au cours des travaux agricoles sont dépassés et demandent beaucoup d’efforts à l’agriculteur pour un faible rendement.

Ensuite, les engrais sont peu utilisés, d’où la lenteur dans la récolte. En effet, le manque d’engrais ralentit les récoltes. Cela crée un déséquilibre qui affectent les autres activités de la chaîne de valeur agricole. Par exemple affecte le marché de la consommation avec les pénuries de denrées alimentaires.

En plus, un problème se pose au niveau de la main d’œuvre qui est essentiellement familiale, par conséquent non qualifiée. Aussi, on assite à la rareté des centres de formation en agriculture. Sans oublier la pratique de la polyculture vivrière et la culture itinérante sur brûlis qui appauvrit rapidement les sols.

3- Les pistes de solutions

agriculture-durable-exploitation-ferme-scaled Une nouvelle vision de l'agriculture

Pour remédier aux différents maux qui minent l’agriculture camerounaise, il faut développer la recherche scientifique afin de trouver des techniques de production innovantes et à coût réduit. Aussi, il faut penser à la mécanisation pour réduire les efforts physiques des agriculteurs, tout en préservant la santé.

Il faut également associer l’agriculture à l’élevage, en ceci qu’un agriculteur peut se servir des sous-produits agricoles pour fabriquer de la provende afin de nourrir son bétail. Aussi, il est possible d’utiliser les crottes du bétail pour fabriquer des engrais pour les plantes.

Ensuite, il faut penser à diversifier les cultures de rente et développer les cultures vivrières. Aussi, il faut diversifier les infrastructures de communication pour favoriser les ventes et faciliter l’accès à la matière première.

Pour plus de transparence , les agriculteurs doivent se regrouper en coopératives afin de leur permettre de mieux s’organiser et accéder au crédit.

Merci de nous suivre et ne perdez pas de vue que “la terre est la meilleure banque, tu y places des graines, elle les faits fructifier gratuitement”.


Notice: Undefined variable: category_ids in /var/www/html/production/jangolo_blog/wp-content/themes/newscrunch/inc/helpers.php on line 1106